on Thị iểm

 

征婦吟曲

Chinh Phụ

(ngm khc)

 

Femme de Guerrier

(lgie)

 

 

Traduit en Franais

par

Tuần L HUỲNH KHẮC DỤNG


 

ỘNG BINH

LEVE GNRALE

 

1. Thuở trời đất nổi cơn gi bụi,

    Khch m hồng nhiều nỗi trun chin.

    Xanh kia thăm thẳm từng trn,

    V ai gy dựng cho nn nỗi ny ?

 

Lorsque la guerre clate, fait du Crateur,           

Le sexe aux joues roses souffre mille misres.

O Ciel bleu ! Qui en tes tmoin, de l-haut,

Qui a t cause de cet tat de choses ?

 

5. Trống Trường Thnh long lay bng nguyệt,

    Khi Cam Ton mờ mịt thức my.

    Chn lần gươm bu chống tay,

    Nửa đm truyền hịch định ngy xuất chinh.

 

De Trường Thnh le tam-tam a secou la lune,      

La fume, Cam Ton, a voil les nuages.

L'empereur se leva, la main sur son pe,

Proclama l'tat de guerre et, en pleine nuit,

Ordonna d'envoyer une arme sur le front.

 

9. Nước thanh bnh ba trăm năm cũ,

     o nhung trao quan vũ từ đy.

     Sứ trời sớm giục đường my,

     Php cng l trọng, niềm ty s no.

 

C'en est bien fini, cette paix de trois cents ans !

Dsormais l'officier reprendra l'uniforme.

Voici, ds matines, l'envoy imprial

Exhortant les soldats vers la route glorieuse.

Devant l'importance des affaires d'tat

La souffrance prive ne compte que bien peu.

 

 

PHT LY BIỆT

LES ADIEUX

 

13. ường giong ruổi lưng đeo cung tiễn,

      Buổi tiễn đưa lng bận th noa.

      Bng cờ tiếng trống xa xa,

      Sầu ln ngọn ải, on ra cửa phng.

 

En hte l'on s'apprte, arcs et flches au flanc,

A l'instant des adieux, la femme et les enfants

Sont autant d'entraves dont se meurtrit le cur.

Les drapeaux flottent et le tambour gronde au loin.

La douleur des partants vers les pics de frontire 

gale la rancur qui s'exhale des chambres.

 

20. Chng tuổi trẻ vốn dng ho kiệt,

      Xếp bt nghin theo việc đao cung.

      Thnh liền mong hiến bệ rồng,

      Thước gươm đ quyết chẳng dung giặc trời.

 

Descendant de hros, il tait encore jeune.

Il a dlaiss le pinceau et l'critoire

Et choisi le mtier de l'pe et de l'arc,

Ambitionnant d'offrir au domaine du Trne

Un chanon de bastions. Sa lame infaillible          

Ne pardonnera pas aux contempteurs du Ciel.

 

21. Ch lm trai dặm nghn da ngựa,

      Gieo Thi Sơn 泰山 nhẹ tựa hồng mao.

      Gi nh đeo bức chiến bo,

      Tht roi cầu Vị, o o gi thu.

 

Tout noble chevalier aspire, n'est-ce pas ?

A l'honneur de prir trs loin de son foyer,

N'ayant pour tout linceul qu'une peau de cheval.

Pour lui, la vie parfois a le poids du Thi Sơn,

Mais quelquefois aussi, il la conoit lgre

Comme de l'oiseau hồng le trs lger duvet.
Vous aussi, vous partez, endossant la cuirasse

De dessus le pont Vị, la cravache claquant

Imptueuse au milieu des bourrasques d'automne.

 

25. Ngi đầu cầu nước trong như lọc,

      ường bn cầu cỏ mọc cn non.

      ưa chng, lng dặc dặc buồn,

      Bộ khn bằng ngựa, thủy khn bằng thuyền.

 

Un ruisseau, sous le pont coulait, comme filtr;

Un sentier, prs du pont, tait vert d'herbe tendre.

En vous accompagnant j'avais le cur bien triste.

Que ne suis-je, sur terre, votre beau coursier,

Et sur eau que ne suis-je la nef qui vous porte !

 

29. Nước c chảy m phiền chẳng r,

       Cỏ c thơm, m dạ chẳng khuy.

      Nhủ rồi nhủ, lại cầm tay,

       Bước đi một bước, giy giy lại dừng.

 

L'onde coulait certes, mais ne diluait ma peine;

L'herbe embaumait certes, mais n'apaisait mon cur.

Ponctuant nos serments, nous nous serrions la main,

Et nous nous arrtions chacun de nos pas.

 

33. Lng thiếp tựa bng trăng theo di,

      Dạ chng xa tm ci Thin Sơn 天山.

      Ma gươm rượu tiễn chưa tn,

      Chỉ ngang ngọn gio vo ngn hang beo.

 

Mon cur vous poursuit l'instar de la lune

Tandis que votre esprit voguait vers le Thin Sơn.

Lchant le vin d'adieu et dganant de suite,

Vous pointtes la lance vers l'antre des fauves.

 

37. Săn Lu Lan, rằng theo Giới Tử,

      Dẹp Man Kh, bn sự Phục Ba.

      o chng đỏ tựa rng  pha,

       Ngựa chng sắc trắng như l tuyết in.

 

Vous suivriez, dtes-vous, l'exemple de Giới Tử

Pourchassant les Lu Lan et, quand il s'agirait

D'craser les Man Kh, ces hordes d'insoumis,

Vous utiliseriez les ruses de Phục Ba.

Votre cuirasse avait la pourpre des nuages

Et l'on et dit de neige votre blanc coursier.

 

41. Tiếng lạc ngựa lần chen tiếng trống,

      Gip mặt rồi pht bỗng chia taỵ

      H lương chia rẽ đường ny,

      Bn đường, trng l cờ bay ngi ngi.

 

Tintements de grelots, roulements de tambours

S'entremlaient peu peu dans un long vacarme.

Aprs nous tre vus, il fallait nous quitter.

Le pont de H tait l'endroit de nos adieux.

Reste au bord de la route, je regardais,

Palpitante d'moi, ces drapeaux ondoyants.

 

45. Xa trước đ gần ngoi doanh Liễu,

      Kỵ sau cn khuất nẻo Trng Dương.

      Qun đưa chng ruổi ln đường,

       Liễu dương biết thiếp đoạn trường ny chăng ?

 

L'avant-garde dj arrivait Tế Liễu

Mais les cavaliers taient encore Trng Dương.

Puis enfin, son tour, s'branlait votre escorte.

Sentiez-vous, saule ! Ma suprme douleur ?

 

49. Tiếng địch trổi nghe chừng đồng vọng,

       Hng cờ bay trng bng phất phơ.

       Dấu chng theo lớp my đưa,

       Thiếp nhn rặng ni ngẩn ngơ nỗi nh.

 

Je perois faiblement les sons lointains des fltes,

Et je vois s'en aller les ranges d'tendards.

Vous voici qui partez, escort des nuages

Je regarde, trouble, ce chanon de montagnes

En pensant tristement aux devoirs qui m'attendent.

 

53. Chng th đi ci xa mưa gi,

      Thiếp th về buồng cũ chiếu chăn.

      oi trng theo đ cch ngăn,

      Tun mu my biếc, trải ngần ni xanh.

 

Au loin vous partez, expos aux pluies et vents;

Je vais retourner, moi, dans notre chambre d'hier

O je retrouverai nattes et couvertures !

Vainement, du regard nous cherchons nous voir :

Des nuages bleuts et de vertes montagnes !

 

57. Chốn Hm Dương chng cn ngoảnh lại,

      Ngc Tiu Tương thiếp hy trng sang.

      Khi Tiu Tương cch Hm Dương,

      Cy Hm Dương cch Tiu Tương mấy trng.

 

Vers Hm Dương o je suis vous retournerez-vous ?

Vers la rive Tiu Tương je pointe mon regard.

Les fumes de Tiu Tương sont si loin de Hm Dương!

Les arbres de Hm Dương sont si loin de Tiu Tương!

 

61. Cng trng lại m cng chẳng thấy,

      Thấy xanh xanh những mấy ngn du.

      Ngn du xanh ngắt một mu,

      Lng chng, thiếp, ai sầu hơn ai ?

 

Nous nous cherchons des yeux sans plus nous distinguer.

Ce ne sont, entre nous, que des champs de mriers,

Et encore, et toujours, des champs verts de mriers !

Et ces champs de mriers sont d'un vert monotone.

Ah ! Vous dans votre cur et moi dans ma pense,

Qui de nous, croyez-vous, souffrira plus que l'autre  ?

 

 

 

CHCH BNG

SEULE

 

65. Chng từ đi vo nơi gi ct,

      m trăng ny nghỉ mắt phương nao ?

      Xưa nay chiến địa dường bao,

       Nội khng mun dặm xiết bao di dầu.

 

Depuis qu'il est all sur le champ de bataille,

O a-t-il pu camper, sous ce beau clair de lune ?

De tout temps, je le sais, les lieux o l'on se bat

Sont d'immenses dserts et combien dsols !

 

69. Hơi gi lạnh, người rầu mặt dạn,

      Dng nước su, ngựa nản chn bon.

      m yn gối trống đ chồn,

       Nằm vng ct trắng, ngủ cồn ru xanh.

 

La bise y dessche la face des guerriers.

De franchir des ravines les chevaux sont las.

Ces pauvres cavaliers couchent sur leur harnois,

Ayant un tambourin en guise d'oreiller,

Ou sur du sable blanc, ou sur la mousse verte.

 

73. Nay Hn xuống Bạch Thnh đng lại,

      Mai Hồ vo Thanh Hải dm qua.

      Hnh khe, thế ni gần xa,

      Dứt thi lại nối, thấp đ lại cao.

 

Un jour, ce sont les Hn qui campent Bạch ăng;

Un autre jour, les Hồ qui pient Thanh Hải.

Ici, ruisseaux mandreux, l-bas, sommets abrupts,

Se coupant, se reliant, descendant ou montant.

 

77. Sương đầu ni buổi chiều như giội,

      Nước lng khe nẻo lội cn su.

      No người o gip bấy lu,

      Lng qu qua đ mặt sầu chẳng khuy.

 

La neige des cimes, le soir, croule en cascade ;

Le lit des torrents et ravines est profond .

Que je plains ceux qui, depuis lors, portent cuirasse !

Et dont la nostalgie, en ces lieux, veille,

Imprime sur leur traits une indicible angoisse !

 

81. Trn trướng gấm thấu hay chăng nhẽ,

      Trạng chinh phu ai vẽ cho nn ?

      Tưởng chng giong ruổi mấy nin,

       Chẳng nơi Hn Hải th miền Tiu Quan.

 

Le sait-on, du haut des tentures de brocart ?

Le facies des guerriers, qui saurait bien le peindre ?

Mon poux a couru depuis nombre d'annes.

Il doit tre Hn Hải s'il n'est pas Tiu Quan.

 

85. trắc trở đi ngn x hổ,

      Lại lạnh lng những chỗ sương phong.

      Ln cao trng thức my lồng,

      Lng no l chẳng động lng bi thương !

 

Non seulement engag dans de graves prils,

Il doit souffrir du froid, sous la neige et le vent.

Sur le haut d'un sommet o planent des nuages,

Quel est le cur humain qui ne s'treint d'angoisse ?

 

89. Chng từ sang ng Nam khơi nẻo,

       Biết nay chng tiến thảo nơi đu ?

      Những người chinh chiến bấy lu,

       Nhẹ xem tnh mệnh như mu cỏ cy.

 

Depuis qu'il est parti vers le lointain sud-est,

J'ignore quel endroit il combat l'ennemi.

De tout temps les guerriers considrent leur vie

Avec le mme ddain qu'il le font d'un ftu.

 

93. Nức hơi mạnh, ơn dy từ trước,

      Trải chốn ngho, tuổi được bao nhiu ?

      Non Kỳ quạnh quẽ trăng treo,

      Bến Ph gi thổi hiu hiu mấy g.

 

Ils paient de leur vigueur les grands bienfaits reus.

En perptuel danger, leur vie est phmre.

La lune pend au haut du mont Kỳ solitaire.

De la berge du Ph arrive un vent plaintif

Qui murmure au-dessus de sombres monticules.

 

97. Hồn tử sĩ gi thổi,

      Mặt chinh phu trăng di di soi.

      Chinh phu tử sĩ mấy người,

      No ai mạc mặt, no ai gọi hồn.

 

L'me des trpasss est ce vent mugissant,

Et cette lune qui luit avec insistance

Joue sur le visage des maris combattants.

maris combattants ! soldats trpasss !

Combien pouvez-vous tre sur le champ d'honneur ?

A-t-on jamais encore dpeint vos visages ?

A-t-on jamais encore voqu vos mnes ?

 

101. Dấu binh lửa, nước non như cũ,

        Kẻ hnh nhn qua đ chạnh thương.

        Phận trai gi ruổi chiến trường,

        Chng Siu tc đ điểm sương mới về.

 

La guerre a de son sceau marqu nos eaux et monts

Qu'un passant ne saurait contempler sans piti

Un homme doit passer sa jeunesse sur le front.

Ban Siu en retourna, les cheveux grisonnants.

 

105. Tưởng chng trải nhiều bề nắng nỏ,

        Ba thước gươm, một cỗ nhung yn.

        Xng pha gi bi trăng ngn,

        Tn reo đầu ngựa, gio lan mặt thnh.

 

Je vous vois, mon poux, plein d'efforts et de peines,

Mettant sabre au clair, camp sur le harnois,

Vous jetant en avant, fendant les ouragans,

A travers monts et bois baigns de lune claire.

Les flches qui sifflent devant votre cheval

Ne vous arrtent pas : vous montez l'assaut

D'un fort au moyen d'chelles improvises.

 

109. ng cng danh trăm đường rộn r,

         Những nhọc nhằn no đ nghỉ ngơi.

        Nỗi lng biết tỏ cng ai,

        Thiếp trong cnh cửa, chng ngoi chơn my.

 

Recherchant la gloire au milieu de mille peines,

Quoique fatigu, vous oubliez le repos.

A qui peut-on confier le secret de son cur ?

Moi, derrire ma porte et vous, l'horizon !

 

113. Trong cửa ny đ đnh phận thiếp,

       Ngoi my kia h kiếp chng vay ?

        Những mong c nước sum vầy,

        Ai ngờ đi ngả nước my cch vời.

 

Je comprends qu' mon sort, ici, je me rsigne;

Mais vous ? tes-vous n pour vivre l'horizon ?

J'esprais l'union du poisson et des eaux;

J'tais loin de croire notre sparation

Pareille celle des nuages et des eaux.

 

117.  Thiếp chẳng tưởng ra người chinh phụ,

        Chng h từng học lũ vương tn.

        Cớ sao cch trở nước non,

         Khiến người thi sớm thời hm những buồn.

 

Point je n'eusse cru tre femme de guerrier ;

Vous n'avez, que je sache, imit les vương tn.

Alors, pourquoi ces eaux et ces monts entre nous ?

Pour dsoler sans cesse nos matins et nos soirs ?

 

121. Phết phong lưu đương chừng nin thiếu,

       Snh nhau cng dan du chữ duyn.

       Nỡ no đi lứa thiếu nin,

        Quan sơn để cch, hn huyn bao đnh.

 

Si distingus, si pleins de jeunesse, nous formions

Un couple bien assorti dsign par le sort.

Comment a-t-on le cur de placer monts et passes

Entre poux si jeunes aimant se raconter ?

 

125. Thuở lm hnh oanh chưa bn liễu,

        Hỏi ngy về, ước nẻo quyn ca.

        Nay quyn đ giục oanh gi,

         nhi lại gy trước nh lu lo.

 

Lors de votre dpart, le tout jeune loriot

Ne venait pas encore sur les branches du saule.

Questionn sur le jour o vous comptiez rentrer,

"Peut-tre aux premiers chants du coucou", dtes-vous.

Le coucou a chant, le loriot a vieilli,

Et devant la maison ppient les hirondelles.

 

129. Thuở đăng đồ, mai chưa dạn gi,

        Hỏi ngy về, chỉ độ đo bng.

       Nay đo đ quyến gi ng,

        Tuyết mai trắng bi, ph dung đỏ bờ.

 

Lors de votre dpart, les beaux abricotiers

Ignoraient encore les baisers du vent d'est.

Questionn sur le jour o vous comptiez rentrer,

"Au moment, -- dtes-vous, -- des pchers refleuris."

Depuis lors, les pchers ont sduit le vent d'Est

Les fleurs d'abricotiers, jonch le blanc rivage,

Et les ketmies roses, empourpr les deux bords.

 

133. Hẹn cng ta: Lũng Ty nham ấy,

        Sớm đ trng, no thấy hơi tăm ?

        Ngập ngừng, l rụng cnh trm,

        Thn trưa nghe dậy tiếng cầm xn xao.

 

Vous m'avez appele vers le mont de Lũng Ty

J'ai attendu en vain toute une matine :

Vous n'tes point venu. Autour de mon pingle

Des feuilles dtaches voltigeaient lentement.

Seuls, les oiseaux troublaient le calme du village.

 

137. Hẹn nơi nao ? Hn Dương cầu nọ,

       Chiều lại tm, no c tiu hao ?

       Ngập ngừng gi thổi o bo,

       Bi hm tun dẫy nước tro mnh mng.

 

Puis, un certain lieu, sur le pont de Hn Dương,

Vous m'avez dit un jour de venir vous trouver.

J'y suis alle le soir : de vous, aucune trace !

Un zphyr indcis caressait ma tunique

Alors que la mare inondait le rivage.

 

141. Tin thường lại, người khng thấy lại,

       Hoa dương tn đ trải ru xanh.

       Ru xanh mấy lớp chung quanh,

        Sn đi một bước, trăm tnh ngẩn ngơ.

 

Je lui ai souvent crit; il ne revient point.

Les fleurs du tremble jonchent la mousse verte.

Tout autour, que de couches de verte mousse !

Chaque pas que je fais sur ce tapis mlleux

Me rappelle un un de troublants souvenirs.

 

145. Thơ thường tới, người chưa thấy tới,

        Bức rm thưa lần di bng dương.

        Bng dương mấy buổi xuyn ngang,

         Lời sao mười hẹn, chn thường đơn sai.

 

J'ai eu des messages mais il ne revient pas.

Mes stores ajoures tamisent le soleil.

Que de fois le soleil s'est couch, que de fois !

Pourquoi neuf fois sur dix manque-t-il de parole ?

 

149. Thử tnh lại diễn khơi ngy ấy,

         Tiền sen ny đ nẩy l ba.

         Xt người lần lựa ải xa,

          Xt người nương chốn hong hoa dặm di.

 

Voyons, comptons un peu : depuis qu'il est parti,

Ces lotus en sapques ont trois fois repouss.

Je plains ceux qui tranent dans des postes lointains,

Ceux que retient l-bas leur devoir militaire,

A l'poque o fleurit le jaune chrysanthme.

 

153. Tnh gia thất no ai chẳng c,

        Ka lo thn, khu phụ nhớ thương.

        Mẹ gi phơ phất mi sương,

        Con thơ măng sữa vả đương ph tr.

 

D'attaches familiales nul n'est affranchi.

Voici les vieux parents, voici la jeune pouse

Que l'amour runit dans la mme pense.

Vous avez une mre la tte chenue

Et un poupon au sein, qui exige des soins.

 

157. Lng lo thn buồn khi tựa cửa,

       Miệng hi nhi chờ bữa mớm cơm.

       Ngọt bi, thiếp đỡ hiếu nam,

       Dạy con đn sch, thiếp lm phụ thn.

 

Votre mre est triste ; sur le seuil elle attend.

Votre enfant bouche be rclame sa bque.

Je la sers, notre mre, l'instar d'un bon fils

Et j'enseigne l'enfant, lui tenant lieu de pre.

 

161. Nay một thn nui gi dạy trẻ,

        Nỗi quan hoi mang mể biết bao !

        Nhớ chng trải mấy sương sao,

         Xun từng đổi mới, ng no cn dư.

 

Je suis seule choyer la vieillesse de mre;

Je suis seule donner l'instruction au petit.

Mon chagrin intime me pse sur le cur.

Depuis nombre d'annes ma pense vous poursuit.

Des printemps et hivers se sont renouvels.

 

165. Kể năm đ ba tư cch diễn,

        Mối sầu thm ngn vạn ngổn ngang.

        Ước g gần gũi tấc gang,

        Gii niềm cay đắng để chng tỏ hay.

 

Nous vivons spars depuis trois ou quatre ans,

Ma souffrance ressemble un long cheveau

Qu'embrouillent des milliers et des milliers de nuds.

Ah ! Si je pouvais tre un empan de vous,

J'pancherais mon cur pour que de mon chagrin

Vous puissiez concevoir le piquant et l'amer.

 

169. Thoa cung Hn của ngy xuất gi,

        Gương lầu Tần dấu đ soi chung.

       Cậy ai m gởi tới cng,

        ể chng thấu hết tấm lng tương tư.

 

Cette pingle cheveux de l'poque des Hn

Que vous m'aviez donne le jour de mon mariage,

Et ce miroir des Tần, gardien de nos images,

Qui pourrais-je charger de vous les remettre,

Pour que vous pntriez le chagrin de mon cur ?

 

173. Nhẫn đeo tay mọi khi ngắm ngha,

       Ngọc ci đầu thuở b vui chơi.

       Cậy ai m gởi tới nơi,

       ể chng trn trọng dấu người tương thn.

 

J'ai encore au doigt l'anneau que j'aime tant

Et la broche en jade du temps de mon enfance;

Qui pourrais-je prier de vous les apporter

Pour que d'un tre cher le souvenir vous reste ?

 

177. Trải mấy xun, tin đi tin lại,

       Tới xun ny tin hy vắng khng.

       Thấy nhạn, luống tưởng thư phong,

        Nghe sương, luống sắm o bng sẵn sng.

 

Pendant plusieurs annes nous nous sommes crit;

Pourquoi cette anne-ci, n'ai-je plus de nouvelles ?

L'arrive des oies me fait esprer un mot

Sentant le gel, je taille un habit ouat.

 

181. Gi Ty nổi, khng đường hồng tiện,

       Xt ci ngoi tuyết quyến mưa sa.

       Mn mưa trướng tuyết xng pha,

       Nghĩ thm lạnh lẽo kẻ ra ci ngoi.

 

Le vent d'ouest se lve et l'oie ne peut venir.

Mon cur se serre fort quand je pense aux contres

Que barbouille la neige et qu'inondent les pluies.

Bravant rideaux de pluie et tentures de neige,

Ceux qui vont ainsi l'extrieur du pays

Endurent vaillamment la froidure inclmente.

 

185. ề chữ gấm, phong thi lại mở,

       Gieo bi tiền tin dở cn ngờ

       Trời hm đứng lặng ngẩn ngơ,

       Trăng khuya nương gối bơ thờ gi mai.

 

J'ai brod un brocart, je l'enroule et le rouvre.

Je consulte le sort en semant les sapques :

C'est une malchance ! Je n'en crois pas mes yeux.

Que de fois, je suis lasse regarder mon ombre

Sous la lune tardive clairant mon coussin,

O repose, puise, ma tte chevele !

 

189. H như ai, hồn say bng lẫn,

       Bỗng thơ thơ thẩn thẩn hư khng.

      Trm ci, xim giắt thẹn thng,

       Lệch ln tc rối, lỏng vng lưng eo.

 

Je ne suis ni ivre ni possde du diable,

Et pourtant, je me sens abrutie et absente.

J'ai honte en mettant mon pingle et mon jupon:

Ma raie est de travers, et ma taille amaigrie.

 

193. Dạo hin vắng đăm chiu từng bước,

        Ngồi rm thưa rủ thc đi phen.

        Ngoi rm, thước chẳng mch tin,

        Trong rm, dường đ c đn biết chăng?

 

Dans les couloirs dserts je marche en titubant

Et, prs des stores que souvent j'enroule et baisse

Je reste assise longtemps quand le soir descend.

Au-del, la pie ne porte aucune nouvelle ;

En de, lampe ! Comprends-tu seulement ?

 

197. n c biết, v bằng chẳng biết,

       Lng thiếp ring bi thiết m thi.  

       Buồn rầu ni chẳng nn lời,

       Hoa đn kia với bng người kh thương!

 

Comprendrais-tu, lampe, que tu ne pourrais rien !

Mon cur endure seul la peine qui le mine

Et dont je ne saurais exprimer le secret.

Sont-ils plaindre, ce lumignon et mon ombre !

 

201. G eo c gy sương năm trống,

       Ho phất phơ rủ bng bốn bn.

       Khắc giờ đằng đẵng như nin,

       Mối sầu dằng dặc như miền bể xa.

 

Le chant lointain du coq dit la cinquime veille.

Le sophora tremble et penche dans tous les sens.

Que les heures sont longues comme les annes,

Et ma peine infinie comme la vaste mer !

 

205. Hương gượng đốt hồn đ mỏi miết,

      Gương gượng soi, lệ kết chu chan.

      Sắt cầm gượng gảy ngn đn,

      Dy uyn kinh đứt, phm loan ngại chng.

 

Sans entrain, je brle de l'encens car mon me est lasse;

Sans entrain, je me mire et je suis toute en larmes.

Tenter de jouer du luth ou de la cithare ?

Je crains de n'en briser la corde de l'union.

Ou de n'en dranger les sillets de phnix.

 

209. Lng ny gởi gi đng c tiện,

       Ngn vng xin gởi đến non Yn.

       Non Yn dầu chẳng tới miền,

       Nhớ chng thăm thẳm đường ln bằng trời.

 

Si le vent d'est voulait vous rpter cela,

Pour qu'il aille au mont Yn joffrirais mille tals.

Mais si jusquau mont Yn je ne puis arriver,

Ma pense vous poursuit, fidle et affectueuse,

Par la route infinie qui mnerait aux cieux.

 

213. Trời thăm thẳm xa vời khn thấu,

       Nỗi nhớ chng du dạu no xong.

       Cảnh buồn người thiết tha lng,

       Hnh cy sương đượm, tiếng trng mưa phun. 

 

Le Ciel est trop loin pour savoir comme je souffre

En pensant l'absent au souvenir tenace.

La nature endeuille afflige aussi le cur :

Rameaux perls de givre, insectes grouillant

Sous une pluie fine qui tombe sans arrt.

 

217. Sương như ba bổ mn gốc liễu,

       Mưa dường cưa xẻ ho cnh ng.

       Giọt sương phủ bụi chim g,

       Su tường ku vẳng, chung cha nện khơi.

 

Le givre, vraie cogne, mine le pied du saule

Et la neige qui mordille comme une scie

Fend et tue peu peu les branches des platanes.

Un manteau de rose recouvre les buissons

O les oiseaux frileux petits cris s'appellent.

Quelque part dans les murs, des bestioles chuchotent.

D'un pagodon lointain arrive un son de cloche.

 

221. Vi tiếng dế nguyệt lay trước ốc,

       Một hng tiu gi thốc ngoi hin.

       L mn lay, ngọn gi xuyn,

        Bng hoa theo bng nguyệt ln trước rm.

 

Quelques grillons crissent devant notre demeure

Au clair de la lune. Des bananiers s'agitent

Au-del des vrandas sous un vent violent

Qui remue mes rideaux et devant mes stores

La lune projette l'ombre de mille fleurs.

 

225. Hoa gii nguyệt, nguyệt in một tấm,

       Nguyệt lồng hoa, hoa thắm từng bng.

       Nguyệt hoa, hoa nguyệt trng trng,

       Trước hoa, dưới nguyệt, trong lng xiết đu.

 

Les fleurs baignes de lune, la lune s'y reflte.

La lune y pntrant avive chaque fleur.

Lune et fleurs, fleurs et lune, elles sont incalculables.

Devant leur harmonie, que mon cur est en peine !

 

229. u xiết kể trăm sầu ngn no,

       Từ nữ cng phụ xảo đều ngơi.

       Biếng cầm kim, biếng đưa thoi,

       Oanh đi thẹn dệt, bướm đi ngại tha.

 

Comment vous les conter, ces mille et un tourments

Qui me font ngliger tous travaux fminins ?

Nulle envie de tenir l'aiguille ou la navette !

J'ai honte de tisser des couples de loriots ;

J'ai honte de broder des couples de phalnes.

 

233. Mặt biếng t, miệng cng biếng ni,

       Sớm lại chiều, di di nương song.

        Nương song luống ngẩn ngơ lng,

       Vắng chng điểm phấn trang hồng với ai ?

 

Je n'ai plus envie de me farder le visage

Et encore bien moins de parler quelqu'un.

Du matin au soir je m'appuie ma fentre

Le cur alourdi par une longue apathie.

Pour qui, en votre absence, me ferais-je belle ?

 

237. Biếng trang điểm, lng người sầu tủi,

       Xt nỗi chng, ngoi ci trng quan.  

       Khc g ả Chức, chị Hằng,

       Bến Ngn si sụt, cung trăng chốc mng.

 

Oui, pour qui faire toilette ? Mon cur en peine

Est si plein de vous ! Que de passes nous sparent !

En quoi diffr-je de Chức Nữ, de Hằng Nga ?

Celle-l sanglote au bord du Fleuve d'Argent

Et celle-ci soupire au Palais de la Lune.

 

241. Sầu m nặng, ai chồng lm gối,

       Muộn chứa đầy ai thổi lm cơm.

       Mượn hoa, mượn rượu giải buồn,

       Sầu lm rượu lạt, muộn lm hoa i.

 

Mon chagrin infini s'empile tous les jours;

Je m'appuie l-dessus comme sur des coussins.

Mon cur est gros d'ennui : j'en fais ma nourriture.

J'appelle ma rescousse et la fleur et le vin :

Le vin s'affadit cause de mon chagrin

Et la fleur s'tiole au contact de mon ennui.

 

245. G sanh ngọc mấy hồi khng tiếng,

       m đn tranh mấy phm rời tay.

       Xt người hnh dịch bấy nay,

        Dặm di thm mỏi trắp đầy lại vơi.

 

Les claquettes de jade ne rsonnent plus ;

Les sillets de ma harpe tombent sous mes doigts.

Je pense au combattant que le devoir loigne,

Que la marche puise et dont le sac se dgonfle.

 

249. Ca quyn ghẹo lm rơi nước mắt,

       Trống tiều khua, như rứt buồng gan.  

       V vng đổi khc dung nhan,

       Khu ly mới biết tn toan dường ny.

 

Le chant moqueur du coucou m'arrache des larmes ;

Le tam-tam des veilles me coupe les entrailles.

Tout cela me mine et a chang mon physique.

La sparation seule en apprend l'amertume.

 

253. Nếm chua cay tấm lng mới tỏ,

       Chua cay ny h c v ai ?

       V chng lệ thiếp nhỏ đi,

       V chng thn thiếp lẻ loi một bề. 

 

Pour se comprendre assez, il faut l'preuve amre.

Qui donc, si ce n'est vous, me l'a fait endurer ?

A cause de vous, j'ai abondamment pleur,

Et cause de vous, ma vie est solitaire.

 

257. Thn thiếp chẳng gần kề dưới trướng,

       Lệ thiếp no cht vướng bn khăn.

       Bui cn hồn mộng được gần,

       m đm thường tới giang tn tm người.

 

Puisque je ne saurais tre sous votre tente,

Vos mouchoirs ne seront humects de mes larmes.

Mais en rve, je puis venir auprs de vous.

Chaque nuit, mon esprit vous cherche sur la rive.

 

261. Tm chng thuở Dương i lối cũ,

       Gặp chng nơi Tương Phố bến xưa.

       Sum vầy mấy lc tnh cờ,

       Chẳng qua trn gối một giờ mộng xun.

 

Vous cherchant l'entour du Dương i de nagure,

Je vous trouvai un soir au bord du vieux Tương Phố.

Quel hasard nous a-t-il runis de la sorte ?

Ce ne fut qu'une heure de beau songe d'amour !

 

265. Giận thiếp thn lại khng bằng mộng,

      ược gần chng bến Lũng, thnh Quan.

      Khi mơ những tiếc khi tn,

      Tnh trong giấc mộng, mun vn cũng khng!

 

Honnie soit ma chance, qui ne vaut pas un songe !

J'ai, au moins en songe, pass d'heureux moments

Dans vos bras, aux bords du Lũng ou au fort de Quan,

Bien qu'on craigne souvent la fin d'une illusion,

Car, en somme, que vaut un grand amour en songe ?

 

269. Bui c một tấm lng chẳng dứt,

        Vốn theo chng giờ khắc no ngơi.

       Lng theo nhưng chửa thấy người,

       Ln cao mấy lc trng vời bnh xe.

 

Seul mon cur est constant et ma pense fidle.

Il n'est pas de moment o je ne pense vous

Sans vous revoir pourtant. Souvent j'ai, de l'tage,

Guett l'apparition des roues de votre char.

 

273. Trng bến Nam, bi che mặt nước,

       Cỏ biếc um, du mướt mu xanh.

        Nh thn mấy xm chng chnh,

       Một đn c đậu trước ghềnh chiều hm.

 

Au sud je regardais : le rivage cachait

Le miroir de l'eau. L'herbe tait d'un vert fonc

Et les champs de mriers d'un beau vert chatoyant.

On voyait des hameaux aux cabanes branlantes

Et, quand tombait le soir, une bande d'iris

Venaient se poser devant les sombres falaises.

 

277. Trng đường bắc, đi chm qun khch,

       Rườm r cy xanh ngắt ni non.

       La thnh thoi thp bn cồn,

       Nghe thi ngọn địch vo von bn lầu.

 

Au nord je regardais : quelques rares auberges

Parmi la verdure couronnant les monts.

Le riz agonisait au pied de la cit.

Du pavillon voisin soupirait une flte.

 

281. Non đng thấy l hầu chất đống,

       Trĩ sập so, mai cũng bẻ bai.

       Khi m nghi ngt ngn khơi,

       Con chim bạt gi lạc loi ku thương.

 

Sur les monts de l'est o les feuilles s'entassaient

Des faisans s'envolaient des branches de pruniers

Qui brandillaient en mille gracieux mouvements.

Une brume paisse recouvrait la fort;

Des oiseaux gars s'appelaient grands cris

 

285. Lũng ty chảy nước dường uốn khc,

      Nhạn bay khng, sng giục thuyền cu.

      Ngn thng chen chc khm lau,

      Cch ghềnh thấp thong người đu đi về.

 

Un cours d'eau sinueux serpentait l'ouest ;

Dans les airs voluaient des couples d'oies sauvages

Cependant que sur l'eau, entrane par les flots,

Une barque de pche en silence glissait.

Dans la fort des pins des roseaux poussaient dru

Et par-del les falaises se profilaient

Imprcises, des silhouettes d'inconnus.

 

289. Trng bốn bề, chn trời mặt đất,

        Ln xuống lầu thấm thot đi phen.

       Lớp my ngừng mắt khn nhn,

       u nơi chinh chiến, đu miền Ngọc Quan?

 

Partout, il n'y avait que le ciel et la terre.

A plusieurs reprises je montais l'tage

Puis en redescendais. Des couches de nuages

Me barraient le regard. O donc se battent-ils ?

O peut tre la rgion de la Passe de Jade ?

 

293. Gậy rt đất ỷ khn học chước,

       Khăn gieo cầu no được thấy tin.

       Lng ny ha đ cũng nn,

       E khng lệ ngọc m ln trng lầu.

 

Que ne puis-je manier la baguette d'approche

Qui dfie les distances et, telle une fe,

D'une charpe faire un pont au-dessus d'un fleuve !

Je veux bien, croyez-moi, tre change en pierre,

Mais je crains, dans ce cas, de n'avoir plus de larmes

Pour vous attendre en pleurs du haut de mon tage.

 

297. Lc ngảnh lại trng mu dương liễu,

       Th khuyn chng đừng chịu tước phong.

       Chẳng hay mun dặm ruổi giong,

       Lng chng c cũng  như lng thiếp chăng?

 

Quand parfois j'admire le coloris des saules

Je m'en veux de ne pas vous avoir dissuad

De l'ide d'accepter la dignit royale.

Sur la route de dix mile lieues, est-ce que

Votre cur partage les raisons de mon cur ?

 

301. Lng chng v cũng bằng như thế,

       Lng thiếp đu dm nghĩ gần xa.

       Hướng dương lng thiếp dường hoa,

       Lng chng lẩn thẩn e t bng dương.

 

Si votre cur tait au diapason du mien

Comment oserais-je avoir des ressentiments ?

Mais mon cur est pareil la fleur qui se penche

Vers la chaleur solaire, tandis que le vtre

Semble peu empress et le soleil dcline !

 

305. Bng dương để hoa vng chẳng đoi,

      Hoa để vng v tại bng dương.

      Hoa vng, hoa rụng quanh tường,

      Trải xem hoa rụng đm sương mấy lần.

 

Il dlaisse les fleurs qui, sans lui, se fltrissent.

Les fleurs jaunies jonchent le sol au pied des murs.

Que de fois ai-je vu de ces fleurs s'effeuiller

Et tomber, disperses, dans la rose des nuits !

 

309. Chồi lan nọ trước sn đ hi,

        Ngọn tần kia bn bi đưa hương.

       Sửa xim dạo bước tiền đường,

       Ngửa trng xem vẻ thin chương thẩn thờ.

 

Les bourgeons d'orchide de la cour sont coups.

Une herbe aromatique embaume le rivage.

Rajustant ma robe, j'erre devant chez nous

Et contemple, trouble, les beauts de la vote.

 

313. Bng Ngn Hn khi mờ khi tỏ,

       ộ Khu Triền buổi c buổi khng.

       Thức my đi lc nhạt hồng,

       Chui sao Bắc ẩu thi ng lại oi.

 

La Voie Lacte est tantt sombre, tantt claire ;

La constellation Khu parat et disparat ;

Les nuages, tour tour, plissent et rougeoient ;

Le Boisseau du Nord va de l'est l'ouest.

 

317. Mặt trăng tỏ thường soi bn gối,

       Bừng mắt trng sương gội cnh ng.

       Lạnh lng thay, bấy chiều thu !

       Gi may hiu hắt trn đầu tường vi.

 

Souvent, le clair de lune vient sur mes coussins.

Mes yeux au rveil voient les platanes givrs.

Qu'il fait froid ! Qu'il fait froid les longs soirs de l'automne

O la bise, en jouant, frissonne au haut des murs !

 

321. Một năm một lạt mi son phấn.

       Trượng phu cn thơ thẩn miền khơi.

       Xưa sao hnh ảnh chẳng rời,

       By giờ nỡ để cch vời Sm Thương.

 

Chaque anne qui passe m'enlve un peu de charmes.

Dire que mon poux s'attarde encore au loin !

Nagure insparables comme le corps et l'ombre,

Nous voici spars, tels le Sm et le Thương !

 

325. Chng giong ngựa dặm trường my phủ,

       Thiếp dạo hi lối cũ ru in.

       Gi xun ngy một vắng tin,

       Kh thương lỡ hết mấy phen lương th.

 

Tandis que vous courez cheval la longue route

Coiffe de nuages, je trane mes sandales

Sur l'alle de jadis que la mousse recouvre.

Le vent du printemps porte de rares nouvelles.

Quel dommage de manquer tant de bons moments !

 

329. Xảy nhớ khi cnh Diu đa Ngụy,

       Trước gi xun vng  ta snh nhau.

       Nọ th ả Chức chng Ngu,

       Tới trăng thu lại bắc cầu qua sng.

 

Je pense ces pivoines dores et pourpres

Les premires de Diu, les secondes de Ngụy,

Qui allient leurs teintes sous le vent printanier.

Je pense galement aux poux Ngu et Chức,

Runis quand parat le croissant de l'automne,

Sur le pont qui franchit le vieux Fleuve d'Argent.

 

333. Thương một kẻ buồng khng luống giữ,

       Thời tiết lnh lầm lỡ xiết bao.

       Thoi đưa ngy thng ruổi mau,

       Người đời thấm thot qua mu xun xanh.

 

Je plains celle qui vit seule dans une chambre

Et qui l'on a fait rater de bons instants.

Les jours et les mois filent comme des navettes

Et la jeunesse fuit dans l'existence humaine.

 

337. Xun thu giận để quanh ở dạ,

       Hiệp ly đnh buồn qu khi vui.

       On sầu nhiều nỗi tơi bời,

       Liễu bồ hầu dễ p ni chiều xun ?

 

Ma colre trane depuis nombre d'annes.

Les joies de l'union sont bien moindres que les peines

De la sparation. Rancune et dsespoir

Me torturent l'esprit de diverses faons.

Comment, frle saule et souple jonc, pourrais-je

Demander que le temps pargne ma jeunesse ?

 

341. Ka Văn Qun mỹ miều thuở trước,

       E tới khi đầu bạc m thương.

       Mặt hoa nọ g Phan Lang,

       Sợ khi mi tc điểm sương cũng ngừng.

 

On cite l'exemple de la belle Vn Qun

Qui faisait peine voir, avec ses cheveux blancs,

Et de Phan Lang, cet homme au visage de fleur,

Qu'mouvait la pense d'une tte chenue.

 

345. Nghĩ  nhan sắc đương chừng hoa nở,

       Tiếc quang m lần lữa gieo qua.

       Nghĩ mạng bạc, tiếc nin hoa,

       Gi tơ mấy chốc m ra nạ dng.

 

Pensant ma beaut peine panouie

Je regrette les jours qui passent un un

Et dont je ne pourrais interrompre le cours.

Quel vilain sort que le mien, et quelle jeunesse !

Hier encore fillette, bientt vieille mre !

 

349. Gc nguyệt nọ, mơ mng vẻ mặt,

       Lầu hoa kia, phảng phất mi hương.

       Trch Trời sao để lỡ lng,

       Thiếp rầu thiếp, lại rầu chng, chẳng qun.

 

Du haut de mon tage de lune inond

Je vois, comme en songe, votre riant visage

Et sens, parmi les fleurs, flotter un doux parfum.

Alors, j'en veux au Ciel d'entraver notre union.

En souffrant de mon sort je souffre votre endroit

Et, dans cette douleur, je ne puis vous oublier.

 

353. Chng chẳng thấy chim uyn ở nội,

        Cũng dập du chẳng vội phn trương.

       Lại xem chim yến trn lương,

       Bạc đầu khng nỡ đi đường rẽ nhau.

 

Ne voyez-vous jamais les canards mandarins

Qui, dans les champs, vont par couples insparables,

Et sous la toiture, ces couples d'hirondelles

Que leurs ttes blanchies ne dsunissent pas ?

 

357. Ka loi su đi đầu cng snh,

       Nọ loi chim chắp cnh cng bay.

       Liễu, sen l thức cỏ cy,

       i hoa cng nở, đi dy cng liền.

 

Voyez les insectes : leurs ttes se touchent.

Certains oiseaux joignent leurs ailes en volant.

Des vgtaux, tels le saule et le nnuphar,

Ont des fleurs jumeles, des lianes enlaces.

 

361. Ấy loi vật tnh duyn cn thế,

       Sao kiếp người nỡ để đ đy ?

       Thiếp xin về kiếp duyn ny,

        Như chim liền cnh, như cy liền cnh.

 

Ainsi les tres sont unis dans la nature ;

Pourquoi durant la vie, nous a-t-on spars ?

Puissions-nous devenir dans notre vie future.

Des oiseaux qui joignent leurs ailes en volant

Ou des plantes qui ont leurs branches enlaces !

 

365. nh mun kiếp chữ tnh th vậy,

       Theo kiếp ny hơn thấy kiếp sau.

       Thiếp xin chng chớ bạc đầu,

       Thiếp th giữ mi lấy mu trẻ trung.

 

Mais puisque, de tous temps, l'amour a des revers,

Jouissons du prsent sans parler du futur.

Puissions-nous, mon matre, vous, ne jamais blanchir

Et moi, garder toujours la fleur de ma jeunesse !

 

 


 

HY VỌNG

ESPRANCE

 

369. Xin lm bng theo cng chng vậy,

       Chng đi đu cũng thấy thiếp bn.

       Chng nương vừng nguyệt phỉ nguyền,

       Mọi bề trung hiếu thiếp xin vẹn trn.

 

Comment tre l'ombre qui s'attache vos pas !

O que vous alliez, vous me verriez prs de vous.

Mon cur sera combl tant que vous guidera

La divine clart. Je vous laisserai donc

A votre loyalisme et votre pit.

 

373. Lng hứa quốc tựa son ngăn ngắt,

        Sức t dn dường sắt trơ trơ.

       Mu Thiền Vu, quắc Nhục Chi,

       Ấy th bữa uống, ấy th bữa ăn.

 

Faites la patrie le don de votre vie,

Cela est aussi beau que l'clatant cinabre ;

Consacrez au peuple la force de vos bras

Rsistante comme l'airain que rien ne plie.

Que le sang des Thiền Vu tanche votre soif

Et les ttes des Nhục Chi calment votre faim !

 

377. Mũi đng vc đi lần hăm hở,

        lng Trời gn giữ người trung.

       Hộ chng trăm trận nn cng,

       Bung tn ải bắc, treo cung non đoi.

 

Au combat, vous bravez les pes et les lances,

Mais le Ciel, protecteur des fidles sujets,

Vous fera remporter cent victoires glorieuses.

Les flches seront ranges aux passes du nord

Et les arcs suspendus sur les monts de l'ouest.

 

381. Bng kỳ x gi ngoi quan ải,

       Tiếng khải ca trở lại Thần Kinh.

        Non Yn khắc đ đề danh,

       Triều thin vo trước cung đnh dng cng.

 

Les drapeaux quitteront les zones frontires ;

L'arme entonnera le chant de la victoire

Sur la route de retour vers la capitale.

Une plaque de pierre au sommet du mont Yn

Retiendra votre nom pour la postrit.

Dj, je vous vois dans la Salle des Audiences,

Reu par notre Roi et contant vos faits d'armes.

 

385. Nước duềnh Hn vc đng rửa sạch,

       Khc nhạc từ ro rắt ngợi khen.

       Ti so Tần, Hoắc vẹn tuyền,

       Tn ghi gc Khi, tượng truyền đi Ln.

 

A l'eau du Fleuve d'Argent on lavera les armes.

La musique des lettrs vous rendra hommage

Et vous comparera aux hros d'autrefois,

Tels que Tần et Hoắc, ces chevaliers parfaits,

Qui errent, l'un son nom au Temple des Fumes,

Et l'autre, son portrait au Palais des Licornes.

 

389. Nền hun tướng đai cn rạng vẻ,

       Chữ đồng hưu bia để ngn đng.

       Ơn trn tử ấm th phong,

       Hiển vinh thiếp cũng đượm chung hương trời.

 

Officier valeureux, vous recevrez alors

Turban et ceinturon, ces insignes glorieux.

La nation gardera pendant mille hivers

L'enivrant souvenir de sa belle victoire.

Par la grce du Roi notre fils et moi-mme

Recevrons, nous aussi, titres et dignits.

Je serai imprgne du cleste parfum

En partageant la gloire des bienfaits d'En-Haut.

 

393. Thiếp chẳng dại như người T Phụ, 

        Chng chắc khng như lũ Lạc Dương.

       Khi về dẫu chẳng ấn vng,

       Trn khung cửi dm rẫy ruồng lm cao !

 

Je ne suis pas la stupide pouse de T ;

Vous ne cdez en rien l'homme de Lạc Dương.

Mme si vous rentrez sans les fameux sceaux d'or

Je n'oserai jamais, du haut de mon mtier,

Vous montrer mon mpris et mon indiffrence.

 

397. Xin v chng xếp bo cởi gip,

       Xin v chng giũ lớp phong sương.

       V chng tay chuốc chn vng,

       V chng điểm phấn đeo hương no nng.

 

Je rangerai pour vous la robe et la cuirasse,

J'enlverai pour vous les couches de verglas;

Pour vous je verserai du vin dans un bol d'or,

Pour vous je mettrai fard et parfum enivrants.

 

401. Giở khăn lệ, chng trng từng tấm,

         ọc thơ sầu, chng thẩm từng cu.

       Cu vui đổi với cu sầu,

       Rượu kh cng kể trước sau mọi lời.

 

J'talerai un un mes mouchoirs de larmes ;

Vous lirez vers par vers mes odes de souffrance

Que nous remplacerons par des vers de bonheur

En dgustant du vin, nous nous raconterons.

 

405. Sẽ rt vơi lần lần từng chn,

       Sẽ ca dần ren rn từng thin.

       Lin ngm đối ẩm từng phen,

       Cng chng lại kết mối duyn đến gi.

 

Nos coupes s'empliront au fur et mesure ;

Nos voix fredonneront strophes aprs strophes.

Nous chanterons chacun des posies trs douces

Et boirons du vin, l'un en face de l'autre.

Avec vous, mon amour, je pourrai renouer

Jusqu'au bout de ma vie notre fil d'hymne.

 

409. Cho b lc xa sầu cch nhớ,

       Giữ gn nhau vui thuở thanh bnh.

       Ngm nga mong gởi chữ tnh,

       Dường ny u hẳn ti lnh trượng phu!

 

Cela compensera les dures privations

Que nous a imposes notre sparation.

Dans mon espoir de paix et de srnit,

Je fais cette lgie pleine de mon amour,

Qu'un homme tel que vous comprendra, j'en suis sre.

 

 

Notes :

Texte franais :   Ngọc Yến & Thuỳ Dương  
Texte vietnamien :  L Văn ặng  
Corrections :  ặng Thế Kiệt  
   L Văn ặng  

                      

Ouvrages consults :   

o   Femme de Guerrier, par Huỳnh Khắc Dụng, B.S.E.I., N.S. Tome XXX, No 3, 3e  trim. 1955 [texte original d Alexandre L, photocopie par ặng Thế Kiệt].

o   Chinh phụ ngm khc, par Vn Bnh Tn Thất Lương, Saigon, Tn Việt 1950.